Il est temps de te dire adieu

superthumb

 

Je me suis réveillée ce matin, avec une envie folle de te serrer dans mes bras.
Un simple câlin, rien de plus. Me sentir à ma place une dernière fois, contre toi. Revoir illuminer tes yeux en voyant mon sourire ( t’sey lui que t’aimais tant avant). Te réentendre me dire que tu m’aimes et que tu ne veux pas me perdre. Juste une fois. Une dernière. Te prendre à me regarder avec le sourire parce que maudit qu’tu me trouvais belle, comme tu disais.

J’étais nostalgique je crois… ou peut-être que tu me manques juste un peu t’sey. Ça serait trop gênant de m’avouer que tu me manques plus que ce que je peux me dire. En fait, je sais pas si c’est toi qui me manques ou le petit nuage sur lequel je vivais quand t’étais là.

Tu sais? Je te voyais dans ma soupe. J’partais conquérir la lune en pensant à toi. Je m’étais jusque construit une petite vie imaginaire à tes côtés.  Quand ton nom s’affichait sur l’écran de mon cellulaire, j’avais un torrent d’papillons qui avait juste envie de faire exploser mon ventre. Juste à l’idée de te voir, j’étais la fille la plus heureuse et j’avais la joie d’vivre d’accroché dans face. Je te voyais faire partie de mon futur. Vraiment. J’aurais déplacé des montagnes pour continuer de faire grandir mon amour envers toi

Mais ça c’était quand ça allait bien. Parce qu’on va se le dire, quand on se chicanait, j’avais l’impression de mourir par en dedans. Et j’ai fini par abandonner. J’ai vu l’espoir que j’avais en nous partir quand t’a arrêté d’me prouver que je valais quelque chose à tes yeux.

Pi quand t’es partie, j’me suis rendue compte que j’étais ben trop aveuglée par nos moments de bonheur que je remarquais pas la douleur que j’avais quand j’voyais que j’étais pas autant importante que tu le prétendais à tes yeux.

Parce que tu as essayé à plusieurs reprises de me faire réaliser que tu n’étais pas la fille pour moi. Que je serais plus heureuse avec une personne différente. Que j’allais trouver quelqu’un qui me donnerait ce que j’ai de besoin. Mais tu sais quoi? Tu n’as jamais réussi à me faire changer d’idée, parce que c’était toi que je voulais avoir à mes côtés. C’était avec toi que je voulais passer au travers des tempêtes, je voulais qu’on construise notre arc-en-ciel après nos jours de pluie. Je voulais qu’on travaille ensemble, qu’on ne soit pas une contre l’autre, mais qu’on fasse partie de la même équipe.

Je me suis imaginée tellement de fois te revoir cogner à ma porte pour me dire que ce n’était pas cela que tu voulais, qu’au fond tu voulais vraiment pas me perdre. Puis, la réalité ma taper dans face. T’étais mieux sans moi, ta petite vie allait mieux sans ma petite personne qui avait besoin d’être rassurée constamment. Parce que c’était lourd pour toi, t’étais pas habituée d’avoir quelqu’un de fragile et insécure comme cela à tes côtés. Pi j’te comprends d’pas toujours avoir su comment dealer avec mes traumatismes et mes peurs.

Mais là, j’ai besoin de te dire adieu. Il est temps maintenant. Il est temps de me mettre en priorité pour aller mieux et te laisser de côté. Arrêter d’imaginer ce que nous aurions pu devenir si nous avions pas été insouciantes comme on l’a été. Si on avait mis notre orgueil de côté pour une fois. Je n’oublierai jamais ton passage dans ma vie, tu es une de mes plus grandes leçons et pour cela, je t’en suis reconnaissante. Merci de m’avoir jetée, tu m’as permis de m’avouer vaincue. De réaliser qu’il était temps que je prennes soin de moi au lieu de toujours faire passer les autres avant mon propre bonheur.

Maintenant, je te dis adieu ma belle. Je met notre histoire derrière moi et je me donne la chance de réapprendre à aimer la vie sans toi.

Ouvre-moi ton cœur.

Et si je te disais que tu es mon rayon de soleil maintenant?

Que tu réussis à illuminer mes journées les plus sombres?

Que lorsque tu plonges ton regard dans le mien, je perds le contrôle totalement.

Que je n’arrive plus à effacer ton sourire de ma mémoire.

Que je suis prête à faire bien des sacrifices pour te montrer que l’amour existe encore.

Que lorsque tu es collée contre mon corps, je me sens à la bonne place.

Que je te donnerais tout ce que j’ai seulement pour t’avoir à mes côtés longtemps encore.

Que je voudrais seulement réparer ton petit cœur à coup de je t’aime.

On s’entend que je ne suis pas la première à te dire que je veux te rendre heureuse et que ta présence me fait du bien. Par contre, je peux te dire que je te ferai voir l’amour d’une façon différente. Je ne te dis pas que je suis mieux que qui que ce soit, au contraire. Seulement je crois en la personne merveilleuse que tu es, aux facettes de toi que tu as tenté de camoufler au fil du temps et des blessures (que tu n’as pas réussi à me cacher à moi hihi). Parce que la jeune femme sensible que tu es, je sais qu’elle n’a pas disparu. Parce que dès l’instant où tu as laissé ta petite gêne de côté, tu as conquis mon cœur. Par la fragilité de ton âme, les impacts de ton sourire sur mon bonheur mais surtout par les étincelles dans tes yeux quand mes lèvres se posent sur les tiennes. C’est sincère et tellement vrai, ça me rend heureuse. Tu me rends heureuse.

Parce que je ne veux pas que tu trouves que j’en fais trop. Je suis comme cela de nature et je n’arriverai pas à changer ça. Mais je t’en prie, cesse de croire que tu ne mérites pas cette attention.  Tu mérites autant que qui compte de te sentir aimée et d’avoir quelqu’un à tes côtés.

Je te mentirais si je te disais que je n’ai pas peur de t’ouvrir mon cœur. Mais à quoi bon laisser ces craintes prendre le contrôle de notre vie? Je sais que je joue avec le feu, que je me lance dans quelque chose pouvant me détruire énormément en bout de ligne, mais si moi j’ai envie d’y croire et de le vivre? Qui peut changer cela? Parce que c’est quand même un petit challenge excitant à la fois, pi j’laccepte volontiers.

Je sais que tu n’aimes pas cela perdre le contrôle, mais je veux te sortir de ta zone de confort. Te montrer que le temps passé avec quelqu’un n’est pas le seul facteur significatif de la sincérité et de l’intensité des sentiments. Parce que tu peux passer quelque temps avec quelqu’un et ressentir quelque chose que tu n’as jamais ressenti avec une personne que ta passé des mois avec.

Je ne croyais plus en l’amour, aux belles paroles sorties au bon moment juste pour être cute. Je n’arrivais plus à m’imaginer me donner à quelqu’un complétement, à seulement être capable de dire « je t’aime » une fois de plus. Mais j’ai eu envie de croire en toi, et je crois qu’en réalité c’est ce que l’amour devrait représenter à nos yeux. Pas seulement un mot prononcé pour faire sourire l’autre, mais un petit je ne sais quoi qui nous fait croire que c’est encore possible.

S’il-vous-plaît ma belle, n’ait pas peur.  Ouvre-moi ton cœur, je saurai en prendre soin je te l’assure. Pi au pire, la seule chose qui peut arriver c’est que tu te demandes pourquoi tu ne t’es pas laisser aller avant.

Tu peux changer le courant de ta vie.

17160729_250253682101590_382186699_n

Il n’a pas très longtemps j’ai pris conscience que j’étais entrain de perdre la maîtrise de ma vie. Mes habitudes de vie tournaient à l’entour de tout ce qui pouvait me détruire à long terme. J’ai blessé les gens qui valaient le plus à mes yeux, et je ne veux plus jamais les décevoir comme j’ai pu le faire dans ma vie.  J’étais aveugle, perdue dans le petit monde que je m’avais créé pour oublié ma douleur. Et puis, certaine personne ont vue mon mal de vivre, on tenter de m’aider et j’ai eu le culot de les repousser. De me dire que, ce n’était pas cela qui m’arrivait. Que j’étais différente et que j’arriverais à m’en sortir sans demander de l’aide.

Pourtant, cette journée-là, j’allais vraiment pas bien. J’avais perdu la lueur d’espoir que j’avais l’habitude de finir par trouver quand je ne voyais plus la lumière au bout du tunnel. Et tu m’as tendu la main, tu m’as amené m’asseoir dans cette salle. Cette salle où plein de gens comme moi fréquentait pour aller mieux. J’étais attentive à tout ce qui se disait, j’ai sortie de là en pleurant. En croyant que, je n’y arriverait jamais. Que c’était tellement rendu habituelle que voir ma vie sans cela, ça m’était impossible.

Les jours passaient, je prenais de plus en plus conscience de l’ampleur de la situation que je vivais. Je m’efforçais de me dire que j’allais pouvoir y arriver, que même si parfois j’allais avoir envie de ressombrer , que quelqu’un allait être la pour m’accompagner et me ramener à la raison.

Et tu vois? Deux semaines plus tard. J’étais à nouveau dans cette salle. Accompagnée de celui qui m’avait auparavant parlé de ce groupe de soutien et d’une amie qui voulait elle aussi s’aider. J’étais encore plus attentive que la première fois. Le message véhiculé lors de cette soirée m’a rejoint. J’ai pleuré à en être épuisée. Épuisée de souffrir et d’être la propre cause de cette douleur intense. J’ai réalisé beaucoup plus que je ne l’aurais pu l’imaginer. Et c’est à cet instant-là que je me suis dis, que j’étais la seule qui avait le pouvoir sur mon futur. Que j’avais le pouvoir de changer les choses que je voulais.

Parce que demander de l’aide ne fait pas de toi quelqu’un de faible. Au contraire, ça prouve que ton désir d’exister est plus grand que celui de mourir.

À vous qui m’accompagner, me tendez la main à l’instant où je vous crie à l’aide, je vous en serais toujours reconnaissante. Parce que, le sourire que j’ai maintenant, il n’a jamais été aussi sincère, aussi vrai. Et croit-moi, je ne veux plus jamais avoir l’impression de perdre le contrôle de ma vie. Parce que j’ai l’impression de commencer à vivre. Commencer à vivre à 18 ans. C’est le plus beau cadeau que je pouvais me faire.

Aujourd’hui je te dis que, si tu veux vraiment quelque chose, il suffit d’y croire réellement et tu y arriveras. Et peu importe ce que tu devras affronter, il aura toujours quelqu’un à qui tu pourras demander conseil. N’en doute jamais. La vie est belle, réalise-le avant qu’il ne soit trop tard. Je t’en prie.

 

 

Étrangère à nouveau

Et un jour tu m’as renvoyé un message. Le message que j’attendais depuis un bon mois déjà. Je n’ai pas trop su comment réagir mais j’ai essayé de te faire confiance. Je me rappelle de tout. Des bons comme des mauvais moments, mais surtout de ces paroles que tu as prononcé ce soir-là, seulement pour me ravoir à tes côtés. 

Tu m’avais dis que je te manquais, que tu pensais à moi à tous les jours depuis que tu m’avais forcé de quitter ta vie quelque semaine avant. Tu m’avais dis que mon amour était safe entre tes mains. Tu m’avais dis que cette fois-ci tu étais là pour rester. Tu m’avais fait croire à nouveau en l’amour. Mais au fond, t’as seulement sali mon corps de tes baisers forcés. Tu voulais seulement te sentir importante aux yeux de quelqu’un. Tu me voulais moi pour la remplacer elle, car elle ne t’avais pas fait ressentir ce que tu pensais que l’amour pouvait procurer. 

Je ne t’en veux pas, je m’en veux à moi d’avoir cru que je pouvais être réellement spéciale à tes yeux. D’avoir tombé dans ton piège une fois de plus et d’avoir mis de côté des personnes qui n’auraient jamais pu me faire ne serait-ce la moitié du mal que j’ai ressenti en acceptant de t’avoir dans ma vie à nouveau. 

Tu seras probablement tannée de voir les textes écrits en pensant à toi. Mais j’avais pris l’habitude de nous faire revivre à travers ceux-ci et je dois maintenant dissoudre le petit nuage que je nous avais construit. Donc, c’est (je le souhaite) le dernier texte écrit en pensant à toi.

Je suis prête maintenant. Je ne l’étais pas il n’y a pas si longtemps. Je continuais de me faire croire que j’avais réussi à passer par-dessus, mais je me suis rendue compte que tu as ravagée ma vie beaucoup plus que je ne l’aurais imaginé. Mon sourire revient, c’est ce qui me fait croire que le bonheur existe vraiment. Parce que je me suis retrouvée en te perdant. J’ai retrouvée cette fille avec le sourire étampé dans face à longueur de journée que j’étais avant toi. Parce que tu auras piétiné mon coeur comme jamais, mais j’aurai réussi à ramasser tous les morceaux sans les remettre entre tes mains sâles de fausses promesses et de belles paroles. Pour une fois, j’aurai réussi à m’aimer assez pour ne plus me faire mal avec la personne froide que tu es. J’aurais réussi à m’enlever de la tête l’image que je m’étais créé de toi dont j’avais tombée amoureuse auparavant. 

Parce que nous sommes des étrangères à nouveau. Des gens avec des souvenirs en commun. Mais maintenant, tu n’es plus rien de significatif pour moi. Par contre, tu resteras quand même ma plus grande faiblesse et ma plus belle leçon de vie. 

Je te dis maintenant ce que j’aurais dû te dire il a longtemps déjà; Adieu. Adieu avec un sourire aux lèvres et des larmes aux yeux, mais des larmes de joie ne t’en fait pas. 

C’est toi la pire

imagestrtviqi4

 

Et si tu veux partir, cette fois-ci je ne te retiendrai pas, même que j’touvre la porte très grande et crois-moi qu’elle va être barrée à double tour la prochaine fois. J’veux juste pu qu’tu viennes foutre ton nez dans mon bonheur et qu’tu repartes avec les parties d’mon coeur que j’ai eu le malheur de t’laisser entre les mains.

Ta foutu ma vie en l’air une fois. J’ten veux pas de l’avoir fait une fois de plus quand t’en a eu l’occasion dans l’fond, j’men veux à moi d’avoir été aussi conne. D’avoir cru qu’tu pouvais vraiment tenir à moi. 

 Parce que j’me suis rendu compte qu’au fond, s’pa dmoi qu’ta besoin, la seule chose qu’tu veux c’est quelqu’un qui t’prouve qui tient à toi peu importe le moment. T’essaye d’aller ailleurs et ça fonctionne pas pcq a t’fait pas feeler les p’tits papillons qu’on r’cherche a notre age tsey. Mais j’pas un jouet fille , et crois-moi, j’ai fini d’faire dl’insomnie pcq j’pense trop à ton ptit sourire fake que tu fais à tout l’monde dans l’fond. On s’le cachera pas t’as ce petit regard qui nous fait s’accrocher, mais prochaine fois tu passe à côté d’moer jte laisserai pas voir la douleur qu’tu fais a mon coeur. Même que j’pense que j’va baisser la tête, pas par infériorité seulement pcq j’veux pas m’refaire piéger.

Et la prochaine fois que tu me verras, j’espère que tu auras cette petite boule dans l’ventre , t’sey celle d’avoir l’impression qu’ta perdu une partie de toi. Et à ce moment-là, je te ferai un sourire pour que tu vois que tu m’as pas achever c’te fois-ci, pi qu’ses toi la pire. C’pas toi que j’aurais perdu, c’est toi qui m’aura perdu.

La personne que t’es devenue, j’la veux pas dans ma vie. 

Bonjour toi, oui toi, t’sey on était meilleure amie avant que s’te certaine vidange-là rentre dans ta vie. Tu t’souviens de moi? probablement pas. T’es tellement aveuglée maintenant. Mais je tenais quand même à te dédier ce dernier message. 
On s’entend tu qu’on l’a eu rought une coupel de fois nous deux. On s’est aimé, on s’est haie, on s’est ignoré, on s’est harcelé. Mais maudit qu’sa finissait pu. Quand une ou l’autre avait l’impression d’perdre sa place, c’était pas long qu’la chicane pognait. Parce qu’au fond, y’avais rien qu’on voulait plus que rester la plus importante aux yeux de l’autre. Mais un manner, la tension a monté pi est jamais r’partie. J’voulais faire des compromis, j’tel promet que j’le voulais. J’ai essayé mais en vain, j’peux pas en faire à sa place. J’ai pillé sur mon orgueil pour toé pi j’espère que ça tu l’oublieras pas en r’fermant la porte sur notre amitié ce soir. Et j’aurais pas laisser mon âme pour quelqu’un qui laisserait même pas un petit quelque chose pour moi. J’pense qu’on s’est ben pogné dans s’te cercle vicieux là pi qu’sa fini par tout gâcher. 
J’aurais jamais penser avoir à  don’t give mais on est rendu la j’crois bien. Parce que j’en ai plus qu’assez d’stes marde la. J’veux juste être heureuse dans l’fond pi qu’tul sois aussi. Pi on l’sait tous les deux qu’on pourra pas l’être en même temps. Parce que c’te game là à va finir avec des plus gros dommages si ça s’arrête pas là. Fac, j’met mon pied à terre. J’abandonne. 
J’tencore capable de t’dire un gros merci. De t’dire que c’que j’te disais j’le croyais vraiment, mais qu’au fil du temps j’me suis rendu compte que c’tait loin d’être sain notre affaire. De t’dire de jamais changer la personne que t’es parce que tu vaux d’lor. Pi d’te dire que peu importe ce que l’autre réussira à te faire croire, j’t’aimais ben plus que ma propre vie. J’veux rien savoir d’être la fille que tu vois parce que l’autre est pas disponible, ou être celle que tu prends quand t’en a juste envie. J’ai trop vécu c’la souvent. Pi asteur j’peux te dire que j’maime assez pour ne plus accepter d’être un objet. J’mennuyais du p’tit univers qu’on s’avait créer. Des soirees à r’garder Orange is the new black, à parler de tout et de rien et à brailler de rire. Parce qu’on s’le cachera pas, du fun on en avait pas yink un peu. Mais j’te l’ai toujours dis, j’encaisse beaucoup mais un manner j’perd espoir. Pi à contre-coeur, j’dois t’avouer, que c’te moment là on est entrain de le vivre. 
Pi quand son masque tombera, pi qu’tu réaliseras qu’au fond j’avais raison d’te dire que la fille que tu devenais , c’était pas mon rayon de soleil d’avant. Ben, j’te souhaite que j’sois encore là. 
Parce qu’au fond, j’te mentirai pas; la personne que t’es devenue, j’la veux pas dans ma vie.

Ce jour-là

img_7851

Parce que depuis le tout début, j’ai l’impression que notre rencontre n’était pas par hasard. Tu m’as fait apprendre, tu m’as fais grandir. T’es partie pour mieux revenir aussi.

J’imagine que c’est ce à quoi je devais réfléchir le temps que tu t’étais éloignée. Que le bonheur vient à qui sait l’attendre et qu’il est important de prendre son temps pour bâtir quelque chose de sérieux.

Et ce jour-là, tu as changé quelque chose. Oui, tu as changé quelque chose en moi. Tu as rallumé les étincelles dans mes yeux et t’as redonné vie aux petits papillons dans mon ventre qui avaient cassés leurs ailes quand t’es partie.

Ce jour-là, tu m’as redonner espoir en l’amour, tu m’as fait sourire sincèrement, ce qui ne m’était pas arriver depuis un temps déjà.

Ce jour-là, j’ai eu envie de te dire que plus jamais je te laisserai me tourner le dos, que j’suis tomber amoureuse de ton sourire et que j’me suis promis de tout faire pour te rendre heureuse.

Ce jour-là, mon cœur battait si fort quand tes yeux ont croisé les miens, et j’ai su que c’était toi que je voulais dans ma vie pour un long moment encore.

Ce jour-là, ton regard à fait chavirer tout ce qu’il avait sur son passage dont moi et j’ai voulu pouvoir faire frissonner ton corps d’un trop plein d’amour à tous les jours depuis. .

Ce jour-là, j’avais juste envie de poser mes lèvres sur les tiennes et te dire; tu m’as manqué et plus jamais je veux avoir à vivre aussi loin de toi.